Champions !

0
744

En décrochant à Montauban le week-end dernier, le 74ème titre de champion de France au Jeu Provençal Triplette, les Port-Vendrais Cédric Cazorla Thierry et Patrick Pédragosa  auront  écrit 26 ans après le dernier titre obtenu en doublette par Raymond Sanchez et Michel Molins, l’une des plus belles pages de l’histoire de la Pétanque Catalane,

Enfin les Pédra !

Une discipline dominée depuis ses origines et la nuit des temps par les  joueurs Provençaux de la région Paca et du Gard. Offense suprême, lèse-majesté le titre en triplette ne leur a jamais échappé qu’à seulement 2 reprises depuis 1946.  Mais cette troisième écorchure à leur domination quasi sans faille, si elle constitue sans aucun doute une performance en soi est aussi unanimement saluée par tous les spécialistes comme une sorte d’adoubement attendu voire souhaité « enfin les Pédra ! ». Une reconnaissance forte, sincère et respectueuse du giron familial pour les Frères de la Côte appréciés autant pour leurs performances sportives que pour leurs qualités relationnelles. Combien de finales départementales, combien de ligues, combien de parties toutes aussi éprouvantes ? Un quart de finale oublié sur le chemin du mauvais sort ;  2 demies perdues de rien dont celle de l’année dernière face aux Varois champions en titre… Enfin les Pedra ! Pour une  consécration venue tout au bout d’une trentaine d’années de compétition crispantes à toujours titiller les étoiles sans jamais décrocher la lune.

Cèdre

Né dans un sac de boules d’un  heureux mélange entre Intégrales et boules de pétanque, Cédric Cazorla est déjà entré de plain pied dans le statut de Grand sur les 3 disciplines et aujourd’hui dans la légende du Jeu Provençal  « Cèdre » le diminutif amical de son prénom lui va comme un gant. Grand et fort comme le plus noble des cèdres du Liban, le gamin qui décroche là son deuxième titre de la saison après celui des doublettes en sport boules aura  certainement apporté aux Pedra tous les atouts du joueur X qui jusqu’à présent leur faisait défaut. Capable de tout au tir comme à l’appoint et plus particulièrement sur les boules décisives Cèdre a répondu présent aux moments les plus intenses et les plus difficiles de leur parcours.

Temps forts

Et des moments difficiles il y en eut notamment en huitièmes contre les Haut Alpins de Benoit Bovo titré en 2008 et 9. A 9/8 sur une reprise impossible du pointeur adverse à  22 mètres après déplacement du but Cédre frappait fort à sa première boule puis venait mourir à 1mm de la gagne. En demie, ensuite face à la Seine et Marne menés 0/11 les catalans sauvaient la tôle puis revenaient à 5/11. A la mène suivante Cèdre se lançait au bouchon placé dans un nid de boules rendant, sauf à démarquer, tout ajout impossible. Comme un défi au jeu et à l’adversaire pour lui qui n’avait pas encore frappé de boule, il sortait ce but improbable pour 3 points. 3 petits points pas plus mais ô combien lourds d’interrogations dans le mental adverse. 3 petits points pour relancer la partie à 8/11 en se donnant alors toutes les raisons d’y croire.

Une finale ça se gagne.

Poussés par les courants marins du Cap Bear, les Port-Vendrais rentraient parfaitement dans leur finale face à de coriaces Haut Savoyards tombeurs en quarts des Gardois de Marvin Romero. Au coude à coude avec leurs adversaires qui ne lâchaient rien jusqu’à la 8ème mène, les Catalans faisaient alors un mini break pour mener 8/5 puis 10/5. Mais il était dit que rien ne serait épargné à la poignée de supporters venus de l’Aude et des PO qui allaient encore se donner quelques sueurs froides. Avec le onzième point en place à  près de 21m, l’horizon semblait pourtant bien dégagé avant que ce diable de Michel Perret, quel calibre celui là,  ne vint planter un splendide carreau valant 3 points en fond de cadre. Avec 2 points à venir à la mène suivante qui ramenaient à 10 partout les Savoyards à hauteur, tout était à refaire. Se récitant par cœur le fameux adage « une finale ça se gagne » les Catalans plus forts dans leur mental finirent aussi les plus forts sur le terrain Après deux journées de pluies soutenues le ,soleil venait de refaire son apparition sur le cours Foucault. Mais bon Dieu qu’il était temps d’entendre enfin retentir  la Marseillaise en levant les bras au ciel.

Suite à Cabestany

Toutes les belles histoires ont une suite, celle là se prolongera pour le plus grand plaisir des amateurs catalans de ce sport les 3, 4 et 5 Juillet 2020 au complexe sportif de la Germanor à Cabestany. Cédric Cazorla Thierry et Patrick Pédragosa  auront l’opportunité de défendre leur premier maillot tricolore devant leurs amis et supporters.

 

Fiche technique

Thierry et Patrick Pédragosa Cédric Cazorla (Pays Catalan) battent en

Trente deuxièmes Baptiste Dumas Loïc Rivollier Damien Mure (Loire) 11/0

Seizièmes Johan Friedrich David Benhamou Christophe Riff (Grand Est) 11/5

Huitièmes :Benoit Bovo, Christophe Zugna Laurent Para (Hautes Alpes) 11/ 8

Quarts Cédric Gosselin Sébastien Morin Cédric Jacquelin (Calvados) 11/ 3

Demie Damien Feuillet Sylvain Guillard Anwar Zemmouri (Seine et Marne) 13/11

Finale Jerome Perret Michel Perret Jonathan Marlier (Haute Savoie) 13/10

Evolution du score :  0/1 ; 1/1 ; 2/1 ; 2/4 ; 2/5 ; 4/5 ; 6/5 ; 8/5 ; 10/5 ; 10/8 ; 10/10 ; 12/10 ; 13/10.

 

 

 

 

 

Écrire une réponse

Merci d'entrer votre commentaire!
Merci d'écrire votre nom