Coupe de France 4ème tour de zone régionale

0
1213

Reçus 2 sur 2 !

Il y aura bien 2 clubs du département en 32èmes de finale le week-end des 12 et 13 février prochains. En venant respectivement à bout de Marvejols (48) et de Mailhac (11) Perpignan St Martin et Canohès ont franchi ensemble un nouveau palier dans la Coupe de France. Une performance jamais encore réalisée avec 2 clubs catalans toujours dans la course,  à tout juste 3 encablures du fameux Grand Huit et de la grande finale nationale qui se dérouleront cette année à Rennes du 10 au 12 mars.

Répartis après tirage au sort intégral en 8 groupes de 8 clubs ils disputeront les 12 et 13 février prochains à St Florentin dans l’Yonne pour St Martin et à Valence dans la Drôme pour Canohés les 32èmes, 16èmes et 8èmes de finale par élimination directe. Les tirages au sort ayant lieu sur site, le jour même.

Alors pourquoi ne pas rêver encore un peu au grand  frisson d’un tour de Grand Huit…Canohès comme St Martin ont prouvé de par leurs résultats cette saison qu’ils en avaient à la fois les moyens et la force de conviction.

Calendrier et programme
Samedi 12 février à 8h30 32èmes et à 14h 16èmes.
Dimanche 13 février à 8h30 8èmes de finales.
Finale nationale à Rennes du 10 au 12 Mars

Composition des groupes

G2 à Valence (26) : Canohes (66) ; Meyreuil (13) ; Levallois (92) ; Charleville Mezières (08) ; Quimperle (29) ; Chateauroux (36) ; Dijon Drapeau (21) et Thiviers (24)

G7 à St Florentin (89) : Perpignan ST Martin ; Orly ACB (94) ; Issy les Moulineaux (92) ; Chinon (37) ; Mainvilliers (28) ; Rambervilliers (88) ; Mehun (18) ; Ax les Thermes (09)

Canohès haut la main.

Si le dernier résultat connu des Audois de Mailhac avec une victoire acquise à l’extérieur et dans le Gard de surcroît, incitait plutôt à la prudence, le suspense à Canohès ne dura pas très longtemps. Les 6 victoires obtenues par les Canouhards en tête à tête s’avéraient presque rédhibitoires pour Mailhac avec déjà dés l’entame un déficit de 12 points au compteur.

Le match fut plié dés les doublettes avec les victoires de Séverine Bosch et Dominique Léonard puis de Simon Cortes et Fred Bauer, chacune sur le score sans appel de 13/3. La troisième doublette avec Christophe Bacchin et Régis Chacon n’alla pas plus loin, le gain du match étant déjà ficelé. Une bonne répétition générale pour l’équipe de Christophe Bacchin qui se rendra à Valence les 12 et 13 février prochains pour les 32èmes de finale et plus si affinités.

Mailhac : Marjorie Massettani , Julien Oro, Olivier Tisseyre, Roland Rousseau Christian Slaviero, Jean Paul Gievilles, Ciryl Gimeno, Jeremy Salvetat et Serge Quignon (Cap).

Canohès : Severine Bosch, Babeth Suarez, Christophe Bacchin, Régis Chacon, Fred Bauer, Simon Cortes, David Boyer, Dominique Léonard, Alain Ayral (Cap).

 

« Ici ; ici ; c’est Saint Martin ! »

Il était pas loin des 19h quand le poing rageur de Sébastien Caillis s’éleva en signe de victoire pour libérer un boulodrome de Prades muselé jusque là dans un mutisme de circonstance et un silence lourd, pesant de tout le poids de sa colère sourde et de toutes ses rancoeurs  rentrées.

Ce fut alors une véritable explosion de joie mêlant joueurs, dirigeants et supporteurs  lancés dans une même et puissante clameur « Ici ; ici ; c’est Saint Martin ! ». Message fort à l’intention de ceux qui dans une décision inique et sans précédent avaient décidé de délocaliser cette rencontre les privant  arbitrairement de leur avantage terrain.

Titou Boix homme du match.

Les choses n’avaient pas forcément bien commencé pour St Martin. La première phase des tête à tête tournant au net avantage des visiteurs 4 à 2. Même si Maguy Battle et Mickaël Pages s’inclinaient de rien, seuls Sébastien Caillis impressionnant face au jeune et talentueux Dylan Canteyrade et Christian Boix tombeur de Frédéric Perrin champion de France2005 avec Fazzino et Rypen, ramenèrent 2 précieuses victoires qui permettaient à St Martin de ne pas être complètement décroché et surtout d’y croire encore

Doublettes de feu

Au coup d’envoi des doublettes on pouvait alors s’attendre à tout,  sauf pour les plus crédules au scénario qui allait se dérouler. C’est une fois encore Christian Boix qui donnait le ton dans la doublette mixte. Auteur d’un 100% en boules jouées à l’appoint comme au tir ; il fut aussi le complice parfait dans la performance de Maguy Battle. Au final un cinglant 13/1 face à Fabienne Chapus championne de France avec le Gard en 2009 et 2017 associée à Jérome Louis tombeur de Jean Marc Vigué en tête à tête. Un Jean Marc revanchard qui associé à un Micka Pages de feu, infligèrent à leur tour « Fanny » à Hector Falimanant Soa et à Vincent Borel. Mal partis 0/6 Jacky Roger et Claude Castell, changèrent alors la donne. Jacky Roger passa au tir et Martial Guilherm fit sa rentrée à l’appoint. Coaching gagnant  pour Philippe Barragan puisque le score grimpa alors à 10/6, pour au final se solder à 8.

Un renversement impressionnant de situation qui à ce moment précis, donnait à St Martin la possibilité de tuer le match en remportant une seule des 2 triplettes à venir.

Le mixte à la conclusion.

Hommes clés dans les tête à tête en début de match, Sébastien Caillis et Christian Boix le furent également à la conclusion. Associés à Maguy Battle dans la triplette mixte ils prenaient un départ en trombe pour mener 6/0 puis 8/3 avant de se faire reprendre à 8/7. Vous connaissez la suite …Titou Boix  dont le dernier palet compta aussi comme point de gagne fut sans contestation avec 3 victoires à la clé, élu homme du match.

La 2ème triplette quant à elle s’arrêta avant son terme sur le score de 11/10 en faveur des St Martinois qui après avoir étés menés 0/8 avaient entrepris une étonnante « remontada » avec Martial Guilherm, Micka Pages et le retour aux affaires du tonitruant Jean Marc Vigué dans le rôle du milieu à la place de Jacky Roger.

Marvejols : Fabienne Chapus, Hector Falimanant Soa, Vincent Borel, Guy Voindrot, Frédéric Perrin, Dylan Carteyrade, Jérome Louis, Jean Marie Debard et Patrick Durand (Cap).

St Martin : Maguy Battle , Mickaël Pages, Christian Boix, Sébastien Caillis, Jean Marc Vigué Claude Castell , Jacky Roger, Martial Guilherm et Philippe Barragan (Cap). Absents Pascal Bonnard, Guillaume Clevy et Yoann Robineau.

Avec ou sans couvert ?

 Le fameux article 6 du règlement de la Coupe de France dénaturé de son sens par l’interprétation du Comité de Pilotage de la compétition au cœur de la polémique.

« Pour le 3ème et 4ème tour, le club recevant devra prévoir un boulodrome couvert afin de parer à toutes éventuelles intempéries. En cas d’impossibilité la rencontre sera inversée avec information au Comité de Pilotage National. »

« Dégueulasse ! » L’adjectif le plus couru dimanche pour qualifier la décision du Copil , de faire jouer à la demande de Marvejols cette  rencontre à Prades. Malgré les différentes interventions auprès des exégètes de la Fédé (les vrais …) unanimes à admettre que le recours à un couvert n’était nécessaire qu’en cas d’intempérie, le Copil de la Coupe de France est resté campé sur ses positions ; rejetant tard dans la soirée du vendredi  28 une ultime tentative de médiation intentée par le Comité Départemental.

Un entêtement ridicule si l’on considère la température avoisinant dimanche les 24°. Un ridicule qui n’a pas du tout fait rigoler les dirigeants de ST Martin  qui ont décidé de ne pas en rester là .Il y aura donc une suite judiciaire à cette affaire, dénonçant pour le coup un préjudice moral et sportif pour leurs joueurs et adhérents ainsi qu’un préjudice financier avec leurs partenaires et sponsors dont la ville de Perpignan.

Dans le rétro :

Coupe de France 2015/16 

La dernière performance catalane de même niveau en Coupe de France remonte à l’édition 2015 /16. Les 20 et 21 février 2016 les Toulougiens d’hier, pour la plupart Canouhards d’aujourd’hui avaient défié en 16èmes de finale, l’équipe épouvantail des Canuts Lyonnais. Les Toulougiens avaient même réussi à partager les points en tête à tête avec les victoires de David Boyer, Dominique Leonard et de Patrick Branlant respectivement face à Kevin Malbec, Mickael Rosati et Michel Loy. La suite s’avéra plus compliquée pour les Catalans, un ton en dessous de leurs adversaires  qui revanchards par rapport à leur bonne entame ne devaient plus rien lâcher.

Résultats techniques 

Lyon bat Toulouges  25 à 6 : T à T 6/6 ; Doublettes 9/0 ; Triplettes 10/0

Lyon Canuts : Vanessa Denaud, Mickael Rosati ; Kevin Malbec ;  Steeven Chapeland ; Tyson Molinas ; Alexandre Mallet ;  Michel Loy  (Cap)

Toulouges : Angèle Massot, Christophe Bacchin ; Dominique Léonard ; Patrick Branlant ; David Boyer ; Alain Mestre ; Regis Chacon ; Sébastien Fourastié (certificat médical non renouvelé) n’a pu être aligné ; Guy Chavagne (Cap).