Pétanque : 41ème National de Rivesaltes

0
1674

Pour quelques carreaux de plus !

1200 mordus de pétanque vont s’affronter une dernière fois  sur les Allées Joffre.

A peine sortie de sa fête aux papilles et de l’abricot, Rivesaltes entre à compter de dimanche et pour quatre jours complets dans celle plus beaucoup plus tactile de la Pétanque. Deux fêtes pleines et entières dont la similitude pourrait s’arrêter à la simple rondeur de leur objet mais qui en poussant plus loin l’analyse animent toutes les deux la cité depuis les années 70 avec les mêmes rituels pour un même succès populaire. Et si l’on ne mord pas dans l’acier de ses boules comme dans la chair de l’abricot ce ne sont pas moins de 1200 mordus qui viendront croquer à pleines dents et savourer sans modération cette 41ème édition.

Noyau dur de la Pétanque

Mais pour mieux s’imprégner du lien étroit entre l’abricot et la Pétanque, il nous faut remonter le fil de l’histoire de Rivesaltes comme quelques téméraires romains venus de Septimanie au tout début du  IIIe siècle remontèrent l’Agly alors navigable. Ils atteignirent un village dénommé « Rives Hautes » ou« Ribas Altas » en catalan et  pour les plus érudits « Ripis Altis » en latin. L’embarcation romaine accosta vers la mi-juillet sur les rives hautes à  l’endroit précis où se situe l’actuel boulodrome de l’avenue du Réart pour n’en repartir que trois semaines plus tard. Les romains ramenèrent de leur séjour à Ripis Altis quelques amphores d’une potion qu’ils ne tardèrent pas à trouver magique et quelques paniers d’un fruit rond à la peau velouté alternant le jaune, l’orangé et le rouge vif. Sur le retour les romains usèrent et abusèrent de la potion qu’ils associèrent avec délectation aux fruits goûteux. La première recette de « l’abricotade » venait de naître non sans avoir provoqué quelques fracassants dégâts. Car les romains avaient également ramené de leur virée un jeu pratiqué par les autochtones utilisant le noyau de ces fruits et les galets ronds de leurs rives hautes. Ils eurent aussi le tord d’abuser avec force et virulence de ce jeu où la passion débordante ne doit jamais prendre le dessus sur l’adresse. Ce fut loin d’être le cas et sous les chocs répétés la coque finit par céder comme celle d’un œuf et le navire vint s’échouer sur la plage du Barcarès laissant aussi à la postérité l’expression « faire des trous » souvent entendue chez les pétanqueurs maladroits. C’est à cet endroit précis que se dispute désormais juste après le Rivesaltes, le National du Barcarès. Et c’est là encore qu’en 1967 le Lydia vint s’échouer après une partie tout aussi  mal barrée organisée au mépris des consignes de sécurité dans l’entrepont du paquebot. Ce qui fit dire pour qui veut bien y croire à un célèbre philosophe pétanqueur à ses heures  « l’histoire ne se répète pas, elle se bégaie ».

Les clés du succès

Depuis 41 ans et la création de leur National les dirigeants qui se sont succédés à la tête de la Pétanque Rivesaltaise ont toujours su trouver  les bons  ingrédients typiquement locaux pour en faire  un véritable succès à la fois  populaire et sportif. A son tour aux manettes depuis 3 ans, François Moréno et son équipe de bénévoles ne dérogent pas à la tradition voulue par leurs prédécesseurs. Tout y est question de justes proportions et de dosage subtil. Un « raig » de convivialité comme un trait de muscat dans « l’abricotade » mais sans plus pour ne pas dénaturer un plateau qui se veut et doit rester résolument sportif. C’est ainsi que la plupart des meilleurs joueurs nationaux  sont passés par Le Rivesaltes avec toujours la ferme intention de l’accrocher à leur palmarès. Même délicate à gérer cette promiscuité avec les meilleurs n’a jamais pour autant dissuadé le plus grand nombre des amateurs éclairés ni altéré leur plaisir. Bien au contraire la plupart viennent là dans l’esprit du chasseur de prime et pour quelques carreaux de plus « s’essayer » face aux meilleurs  tout en tentant de faire un gros coup. Enfin cerise sur la tatin d’abricots, les gradins installés depuis la toute première édition autour des carrés d’honneur et le cadre ombragé des Allées Joffre auront sans aucun doute contribué à la fréquentation nombreuse d’un public passionné et totalement conquis venu suivre les parties jusqu’à très tard dans la nuit.

Les allées jouent les prolongations

Dans l’attente de leur nouvelle perspective les Allées Joffre en pleins travaux  et en cours de mutation  permettront malgré tout au National de jouer une improbable prolongation en se déroulant sur le site même qui contribua à faire sa notoriété. Un inattendu « money time » sous le regard  bienveillant et avisé du Maréchal Joffre qui du haut de sa statue équestre supervisera encore une fois le bon déroulement des parties. Une aubaine pour tous les nostalgiques d’un passé récent et ils sont nombreux qui ne manqueront pas de saisir l’opportunité  unique de se replonger dans le décor suranné du National d’antan.

Participation

Pour cause de délocalisation beaucoup craignaient ainsi de voir fléchir le niveau de participation qui jusqu’à présent n’avait jamais cessé de croître. Mais cet appréciable petit coup de pouce du destin qui repousse à plus tard l’échéance du reculoir devrait cependant permettre pour cette année encore d’atteindre voire de dépasser la barre des 400 équipes. On devrait donc retrouver pour le plus grand plaisir des spectateurs les artistes de la sélection Malgache confrontés aux meilleurs joueurs du moment. Inutile de chercher à en connaître les noms, comme chaque année les organisateurs  ne vous les dévoileront pas. Histoire de vous laisser le soin et la surprise de découvrir par vous-même en parcourant les allées quels joueurs du circuit feront escale à Rivesaltes. Du beau monde pour sûr comme un certain Romain Fournié finaliste ici même l’année dernière avant de devenir quelques semaines après champion de France Triplette.

Le programme

  • Dimanche 30 juillet à 10h  4ème National triplette mixte
  • Lundi 31 juillet à 10h suite et fin du 4ème National triplette mixte +9h inscriptions pour le départemental doublette par poule
  • Mardi 1er août à 9h  41ème National triplette toutes catégories
  • Mercredi 2 août à 10h suite et fin du  41ème National triplette +9h inscriptions pour le départemental individuel toutes catégories par poule

Les autres Nationaux Catalans

  • Le Barcarès jeudi 3 et vendredi 4 août à 9h
  • Bompas samedi 12 et dimanche 13 août à 9h
  • Céret (Lladounes) samedi 26 et dimanche 27 août à 10h
Finalistes 2016

Écrire une réponse

Merci d'entrer votre commentaire!
Merci d'écrire votre nom