Résultats Doublettes Jeu Provençal

0
370
Sorède et Saint Martin bons pour les France
 
Avec un dernier carré particulièrement bien étoffé les départementaux au Jeu Provençal doublettes auront réussi à concilier la gageure d’un niveau de participation toujours aussi élevé et d’une qualité de jeu tout autant remarquable. Une séduisante alchimie qui n’aura surtout pas déplu au public d’initiés venu braver les averses dominicales. C’est dans ce contexte là, où tout semblait sourire aux Toulougiens avec deux équipes au bout de la compétition que le ciel soudain pour eux s’obscurcit avant de virer à l’orage.
 
Sans les Pedra
Si la première journée avait déjà sonné le glas pour bon nombre de formations en vue dont celles de Bonnard (Sorède), Bacchin (ABC Latour) ou celle d’Ayral (Toulouges) victime d’un choc frontal dés les seizièmes face à Biset (Sorède), la deuxième envoyait dans la foulée au tapis la paire Thomas Chacon (Toulouges) et les locaux Astruit Picas battus à leur tour par les intraitables Biset Cuffy.
Mais le coup de tonnerre allait surtout venir de Philippe Navaro et Patrick Branlant (Toulouges) tombeurs en quarts des frères Pédragosa au terme d’une partie de très haut niveau. Après avoir mené 7/1, les frères de la Côte marquaient le pas sous les coups de boutoir d’un Patrick Branlant auteur d’une impressionnante série au tir. A l’image de cette mène décisive à 6/8 où il frappa trois fois avec un carreau à la clé, sur 3 reprises consécutives de l’aîné des Pédra. Une mène qui ne bascula en faveur des Toulougiens que sur la dernière boule de Patrick Pédragosa vouée à la démarque. S’en était fini pour des Pédra qui à partir de là ne revirent plus le but et s’inclinèrent à 8.
 
Sorède s’envole
Dés lors, on sentit bien le tandem Navaro-Branlant en mesure de tout emporter dans son élan et plus particulièrement les Sorédiens Biset-Cuffy peut être en bout de course après un bien difficile parcours et sortis tant bien que mal de leurs quarts face aux spécialistes de la grosse boule Charly Guix et Hervé Blanchard (Argelès). Il n’en fut rien et toutes les vertus qui avaient pu faire la différence face aux Pédra, s’effritèrent alors petit à petit. Avec un splendide bouchon dès l’entame comme à la conclusion, le vénérable Michel Biset, moteur refait à neuf, mena à l’appoint un train d’enfer dans une partie où Sébastein Cuffy n’eut guère l’occasion de forcer son talent au tir pour finalement l’emporter 13/5.
 
St-Martin au pinacle
Dans l’autre demie, on retrouvait les tenants du titre Jean-Marc Vigué et Jean-Marie Egido toujours là malgré un manque évident de compétition. Une fois encore les joueurs de St Martin firent tout au long de ces deux journées la démonstration patente de leur forte cohésion, d’une complicité sans faille et d’une rare efficacité. La même qui les avait conduit en 1998 il y a tout juste 20 ans au sommet des France. Face à eux les chevronnés Michel Giner et Michel Planas n’avaient pas fait non plus dans la dentelle lors des tours précédents.
Pour eux tout allait pourtant se jouer en milieu de partie, au coude à coude à 7/7. Sur son premier appoint à 10 cm du but Michel Planas faisait tomber toutes les boules adverses. Les Perpignanais contraints de serrer après leur première boule d’approche allaient sans tirer, tendre tout autour du point de marque une véritable toile d’araignée.
 
Toulouges au pilori
Avec 5 boules en mains, les Toulougiens faisaient le choix délicat du tir pour se donner un peu d’air en espérant déplacer le but. Michel Giner manquait double. Fallait-il alors tirer une fois de plus ? Peut-être la fois de trop…
En connaissance de cause, il prit sciemment le risque. Et au milieu du nid de boules s’en vint chasser la sienne seule, sans le moindre contre ni déplacement de but en désespoir de cause, laissant alors six points par terre dans un mouchoir de poche. Le sang froid de Michel Planas, s’il lui permit de couper la gagne ne put éviter un solde débiteur, lourd de 4 points. Le coup d’assommoir s’avéra alors bien vite fatal et malgré toute leur pugnacité, les Toulougiens ne purent jamais revenir au contact dans les deux dernières mènes qui suivirent.
 
Résultats :
– Huitièmes de finale
Paul Sintes (Perpignan Moulin à Vent) bat Didier Venzal Bruno Bodiguel (Port-Vendres) à 5, Thierry Pédragosa (Port-Vendres) bat Valery Dautriche Thierry Segura (Argeles) à 7, Jean-Charles Guix (Argeles) bat Florian Gigney Thibaut Ruiz (Ille) à 0, Michel Giner (Toulouges) bat René Payrard Frédéric Bosch (Agly Fenouillèdes) à 0, Patrick Dupuy (Agly Fenouillèdes) bat Elvis Thomas Ludovic Chacon (Toulouges) à 6, Patrick Branlant (Toulouges) bat Henri Garcia Sylvie Rey (Sorède) à 1, Jean-Marc Vigué (St Martin) bat Thierry Lecarvese Ludovic Monedero ( Port-Vendres) à 7, Seb Cuffy (Sorède) bat Pierre Astruit Philippe Picas (Perpignan Moulin à Vent) à 5.
 
– Quarts de finale
Patrick Branlant (Toulouges) bat Patrick et Thierry Pédragosa (Port-Vendres) à 8, Michel Giner (Toulouges) bat Paul Sintes Patrick Durozier (Perpignan Moulin à Vent) à 3, Jean-Marc Vigué (St-Martin) bat Patrick Dupuy Bruno Gallos (Agly Fenouillèdes) à 6, Seb Cuffy (Sorède) bat Jean Charles Guix Hervé Blanchard (Argelès) à 9.
 
– Demi-finales
Michel Biset Seb Cuffy (Sorède) battent Philippe Navaro Patrick Branlant (Toulouges) à 5, Jean Marc Vigué Jean-Marie Egido (St-Martin) battent Michel Planas Michel Giner (Toulouges) à 7
 
– Qualifiés pour les France du 24 au 26 août à Montauban : Michel Biset Seb Cuffy (Sorède), Jean-Marc Vigué Jean-Marie Egido (St-Martin).
 
– Qualifiés pour les Régionaux des 30 juin et 1er juillet à Quillan : Philippe Navaro, Patrick Branlant (Toulouges) Jean-Charles Guix, Hervé Blanchard (Argelès), Patrick Dupuy, Bruno Gallos (Agly Fenouillèdes), Paul Sintes, Patrick Durozier (Perpignan Moulin à Vent), Patrick et Thierry Pédragosa (Port-Vendres), René Payrard Frédéric Bosch (Agly Fenouillèdes).
 
La finale pour le titre départemental s’est disputée le samedi 9 juin à 9h sur les terrains de la Boule Amicale du Moulin à Vent.
C’est l’équipe de Jean-Marie Egido et Jean-Marc Vigué qui s’est imposée face à Sébastien Cuffy et Michel Biset. Belle finale en toute convivialité qui aurait pu s’appeler « pousse-toi de là que je m’y mette », car il y a eu bien de jolis coups de becs, coups de tête et de boules un peu fortes qui en remplacent une autre, mais le vénérable Mr Biset comme il s’est nommé à survoler cette partie avec son humour détendu.
Mais c’est bien l’équipe soudée de JM Egido et JM Vigué qui jouent ensemble depuis l’âge de 11 ans qui s’est montrée la plus régulière et remporte le titre de champions du Roussillon.
Bravo à l’Amicale du Moulin à Vent pour cette finale qui finalement s’est tenue sur 3 jours dans de très bonnes conditions de jeu.

Écrire une réponse

Merci d'entrer votre commentaire!
Merci d'écrire votre nom