Résultats : France Triplette Féminin à Figeac (46)

0
264

Le prix à payer…

Forte de 3 équipes la délégation Catalane aura plutôt réussi son début de parcours à Figeac en plaçant 2 de ses formations en tête de poule.

Si les Illibériennes de Joséphine Enes s’arrêtaient là, les championnes de Ligue de Pascale Rousseau, Anna Bella Forte et Manon Delpage  poursuivaient l’aventure jusqu’en 32èmes.

 

 

Les Saint Jeannaises  s’inclinaient à leur tour contre l’Eure et Loir (28) dans une partie où le métier de Delphine Langlais 3 fois quart de finaliste aura sans doute compté.

De leur côté Julie Nolibois, Estelle Tolza et Lorelei Gabanou après 2 victoires en poule sortaient en 32èmes les Landaises de Nathalie Alberini (40) qui avec 5 participations aux France se présentait pourtant en favorite. Mais c’est surtout en 16èmes que les filles de l’ABC Latour Bas Elne tiraient le gros lot. Rien de moins en effet que la championne d’Europe 2012, 2 fois championne de France, Nelly Peyre (Nlle Aquitaine) l’une des grandes favorites de cette compétition. Quand on sait qu’au tour suivant cette même équipe allait faire exploser à 3 les locales d’Anna Maillard (46) elle aussi championne d’Europe et membre de l’équipe de France on mesure mieux le résultat des Catalanes battues seulement à 9 après avoir mené 6/0. Le prix à payer pour se forger l’expérience et le mental du haut niveau surtout si l’on considère que la grande majorité de nos représentantes jouaient là leur premiers France et que parmi elles Manon Delpage 18 ans, Estelle Tolza 19ans et Julie Nolibois 20 ans n’en sont qu’à leur tout début.

Un vécu qu’il faut aussi savoir prendre comme il vient  surtout quand il  peut s’avérer terriblement cruel comme pour Elodie Estève, Fanja Aubriot et Emilie Fernandez (06). Après avoir fait le ménage parmi les têtes de série en sortant en quarts la championne du Monde Charlotte Darodes (17) puis en demie Nelly Peyre, l’ancienne joueuse de l’Aude déjà 2 fois finaliste en double s’inclinait une nouvelle fois en finale battue à 11 face à Chantal Salaris, Apolline Garrien et Nadege Rodrigues  de la Côte d’Or.

 

 

Écrire une réponse

Merci d'entrer votre commentaire!
Merci d'écrire votre nom